Ile Maurice

J’ai testé…sauter en parachute à l’île Maurice

saut en parachute skydive mauritius

Vous rêvez de tester une nouvelle activité ? Et pourquoi pas sauter en parachute à l’île Maurice ?

Pourquoi j’ai voulu sauter en parachute d’abord ?

Mon anniversaire approchait et j’avais envie de marquer le coup. J’avais fait une liste de mes envies à réaliser avant mes 30 ans, et je n’avais pas tout coché sur cette liste. Je me suis dit pourquoi ne pas le faire avant mes 31 ans dans ce cas, c’est quand même pas mal.

L’envie de voler m’a toujours attiré. Sauter accrochée à un élastique du haut d’un pont, très peu pour moi, mais à bord d’un avion avec un parachute, ça me tente ! C’est probablement lié à l’envie de liberté j’imagine, faudrait sans doute que je demande à un psy. En tout cas ça me fait plus rêver que peur, alors autant le faire dans un lieu stylé !

Coup de bol, une amie, expatriée à l’île Maurice également, est née une semaine après moi. L’idée la tente et ça me plait encore plus de réaliser cette expérience à 2 et la partager ensuite pendant des années.

Où sauter à l’île Maurice ?

Après quelques recherches sur « où sauter en parachute à l’île Maurice » je me rends compte qu’il n’y a pas trop le choix en fait, il y a un centre : Skydive Mauritius. Pas de concurrence sur les prix donc, mais les avis sont bons et ça a l’air safe, c’est ce qui compte. Cela coûte environ Rs 14 000 par personne – l’équivalent de 300 euros – et il y a un tarif résident.

Le centre se situe dans la zone de Flacq, Rivière du Rempart, à 30 minutes de Grand Baie pour moi. Levé matinal donc pour être sur place à 7h30.

Comment ça se passe sur place ?

Arrivée sur place, vous êtes briefés par les instructeurs. Il y a déjà du monde qui attend avant nous et ils inscrivent notre nom sur la liste de passage. Ils nous informent également que le vent commence à se lever et que si ça continue nous ne pourrons pas sauter aujourd’hui, sécurité avant tout.

Jusque là, pas de stress. Accueil très sympa, on regarde les vidéos pour patienter ou les personnes qui nous précèdent décoller et atterrir. C’est un tout petit avion qui décolle sur une courte piste en herbe, mais c’est largement suffisant.

Au bout d’un moment on se met en tenue, avant d’être briefés sur toutes les consignes (quand se lancer, quand croiser les bras, quand les décroiser, quoi faire à l’atterrissage, où regarder pour la caméra…).

Ensuite on monte dans le petit avion, chacune avec notre instructeur respectif qui nous attache à lui. Je vais passer la première. On profite au passage de la vue sur l’île Maurice, le lagon vu du ciel, c’est magique. J’avais peur de paniquer au moment de devoir sauter mais au final on a vraiment pas le temps de réfléchir, et c’est pas comme si tu avais la possibilité de changer d’avis ! En quelques dixièmes de seconde une fois la porte ouverte je suis dans le vide !

Et là, le pied ! Plusieurs secondes de chute libre, la sensation de voler ! Mais bon il faut avouer que ça passe quand même très très vite, à peine le temps de réaliser. Ensuite, ouverture du parachute. On continue la descente plus tranquillement, ce qui laisse le temps de profiter de cette sensation, et du paysage.

Arrivée sans encombre, il faut lever les jambes et laisser faire ! J’apprends après qu’avec le vent qui se levait les instructeurs ont volontairement accéléré notre descente pour ne pas prendre de risque. D’ailleurs nous sommes les dernières à sauter ce matin là, les suivants devront attendre un autre jour.

Au final la sensation est géniale, ça m’a donné envie de le refaire. Je regrette seulement le côté un peu « à la chaine » et rapide de la descente, en partie liée aux conditions météo, mais aussi à la rentabilité.

Un conseil, si vous souhaitez le faire pendant vos vacances, comme pour la plongée, pensez à réserver et le faire assez tôt dans votre séjour en cas d’intempéries. Il y a environ 30% d’annulation à cause de la météo donc c’est mieux d’anticiper, le climat de l’île Maurice pouvant être très capricieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.